Cliquez ci-dessus pour Ă©couter l’Ă©pisode du podcast 👆

Ecouter sur Apple Podcasts

Bienvenue dans Voices by DAY ROSE avec Audrey Kabla. Chaque semaine, nous rencontrerons un entrepreneur, un talent, pour parler de son parcours et VOUS inspirer.

-Quel est votre nom et le nom de votre entreprise ?

Z: Moi c’est Zaynab

N: Et moi c’est Nora. Nous sommes les cofondatrices de Flowher.

– Pouvez-vous nous dire ce que vous faites comme si vous parliez Ă  un enfant de 5 ans ? Simple sans mots techniques. 🙂

Z: Du coup, Flowher, c’est une marque de maillot de bain menstruelle donc qui permet aux femmes de pouvoir mettre un maillot de bain en toute sĂ©curitĂ©, pendant leurs rĂšgles.

N: Et tout au long du mois. Le maillot de bain est conçu pour ĂȘtre portĂ© Ă©galement hors pĂ©riode de rĂšgles, de façon Ă  crĂ©er le maillot de bain un peu idĂ©al pour tout l’Ă©tĂ©.

-Quand avez-vous su qu’ĂȘtre indĂ©pendant vous Ă©tait destinĂ© ?

N: Depuis Ă  peu prĂšs va dire l’adolescence. Quand on a commencĂ© Ă  rĂ©flĂ©chir Ă  notre carriĂšre toutes les deux, on on Ă©tait plutĂŽt penchĂ© sur l’idĂ©e de pouvoir un jour ĂȘtre nos propres patronnes. Entre temps, on a quand mĂȘme eu nos dĂ©buts de carriĂšres respectives. Et c’est vrai que la Covid et le confinement, ça a quand mĂȘme beaucoup accĂ©lĂ©rĂ© cette maniĂšre de rĂ©flĂ©chir sur voilĂ . Est ce qu’on se lance? Est ce qu’on ne se lance pas? Est ce qu’on a l’Ăąge pour le faire? Pas le faire? Donc c’est sĂ»r que se lancer Ă  deux, c’est quand mĂȘme plus simple de faire ça.

Z: Et puis la prise de dĂ©cision a Ă©tĂ© assez facile au vu de nos situations personnelles respectives. Et l’Ăąge qu’on a, on n’a pas forcĂ©ment de responsabilitĂ©s, entre guillemets encore. Et du coup, on s’est dit que on pourrait assumer la responsabilitĂ© d’avoir une entreprise Ă  cet Ăąge lĂ .

-Pourriez vous nous parler de l’aspect sustainable de Flowher ?

Z: Il faut savoir que le dĂ©veloppement durable et tout ce qui est environnemental et sustainability, c’est quelque chose qui est vraiment fort. C’est un aspect extrĂȘmement important pour nous, pour Flower, parce que de un aujourd’hui il parait, ça parait inconcevable de crĂ©er une marque, notamment dans le prĂȘt Ă  porter qui n’est pas Ă©coresponsable. On a plusieurs aspects au sein mĂȘme de Flowher qui sont Ă©coresponsables.

N: Donc dĂ©jĂ , premiĂšrement, on a fait le choix de produire de maillots de bain avec un avec un tissu qui est recyclĂ© dont il est fait Ă  partir des dĂ©chets marins de la mer, principalement du plastique. C’est un tissu qui est italien. À cĂŽtĂ© de ça, on a. On a pris le soin de choisir du packaging qui Ă©tait le plus Ă©coresponsable possible. Donc au niveau du papier, on essaie de choisir du papier recyclĂ©. Et on a aussi un packaging qui a Ă©tĂ© fait sur mesure pour le vĂȘtement qui est mouillĂ©. Donc c’est une petite pochette en coton certifiĂ© Ă  cĂŽte qui est fabriquĂ© par une ONG en Inde, qui est uniquement composĂ©e de femmes, donc qui participe Ă  la rĂ©insertion sociale des femmes lĂ  bas. Et le plus important, notre partie absorbante dans les maillots de bain. Elle a Ă©tĂ© aussi pensĂ© pour ĂȘtre, elle, non nocive pour les femmes qui porteront les maillots de bain. Et on a deux couches de coton qui sont trĂšs fines, qui sont certifiĂ©es elles aussi Ă©cotaxes, donc non nocives.

Z: Et dans la globalitĂ©, on a aussi pris le parti d’avoir une production europĂ©enne, donc c’est ce n’est pas vraiment en lien avec les co-responsabilitĂ©, mais en tout cas ça fait partie de nos engagements Ă©thique et social. Donc dans un atelier qui est spĂ©cialiste du maillot de bain depuis plus de 20 ans aujourd’hui et c’est un atelier qui est Ă  taille humaine, qui paye ses employĂ©s de maniĂšre dĂ©cente. On est allĂ© voir l’atelier et puis tout se passe bien et c’Ă©tait un parti pris pour nous de faire ça.

-Qu’est-ce que vous aimez le plus dans vos activitĂ©s professionnelles quotidiennes ?

Z: Je pense que dans l’aspect, dans l’aspect gĂ©nĂ©ral, en fait, ce qu’on aime le plus, c’est vraiment d’ĂȘtre indĂ©pendante en fait, de faire un peu comme on veut, Ă  notre rythme et ce qu’on veut.

N: C’est vrai que ça peut ĂȘtre difficile pour certains de voir se cadrer, Ă  se dire OK, vu qu’en fait, comme on est deux et qu’on a lancĂ© la marque Ă  deux et qu’on est toujours deux, pour l’instant, on a un peu toutes les casquettes. Donc c’est vrai que pour certains, ça pourrait paraĂźtre difficile de se dire aujourd’hui, on se met sur tel ou tel sujet, mais en soi, c’est hyper enrichissant parce que clairement on touche Ă  tout, on fait tout et c’est sĂ»r qu’il y a des sujets qui nous passionnent plus que d’autres, comme tout ce qui est crĂ©ation.

-Comment prenez-vous soin de vous et de votre vie privée ?

N: c’est un sujet un peu compliquĂ© parce que dans la vie perso, on est amis, dans la vie pro, on est collĂšgues, donc les deux se chevauchent forcĂ©ment a un moment donnĂ© dans la au quotidien. AprĂšs, c’est vrai qu’on essaie quand mĂȘme de se mettre des limites pour pas pour pas tomber dans le dans trop de travail. Mais c’est vrai qu’il ne faut pas non plus se mentir Ă  soi mĂȘme ĂȘtre entrepreneur, c’est quand mĂȘme penser Ă  son bĂ©bĂ© tout le temps, mĂȘme le week end, surtout. On n’a pas d’employĂ©, donc. Et mĂȘme, je pense que si un jour on a des employĂ©s, je pense que ça ne s’arrĂȘtera jamais. Clairement, on rĂȘve, on se rĂ©veillera avec Flowher.

Z: Quand on a vu qu’on est nos propres patronnes, entre guillemets, on a cette flexibilitĂ© qu’on ne pourrait pas forcĂ©ment avoir si on n’avait pas Ă©tĂ© entrepreneur. C’est Ă  dire que s’il y en a une qui est un petit peu plus fatiguĂ©e que l’autre, eh bien on dĂ©cale le rendez vous du matin Ă  une demi heure. Et puis, ce n’est pas grave. Je pense que la flexibilitĂ© dans le perso c’est trĂšs, c’est hyper important.

-Quelle est votre prochaine destination de voyage ? Et pourquoi?

N: Alors justement, en lien avec la derniĂšre question, on part dans quelques semaines, justement en week end prolongĂ© Ă  Amsterdam tous les deux, justement parce qu’on a vĂ©cu des semaines assez intenses, stressantes. On a travaillĂ© pas mal de week end les uns sur les autres, donc on s’est octroyĂ© un petit week end de break. Mais on sera pas vraiment en break parce qu’on sera toujours sur les mails au chaos, etc Mais ça sera un demi break pour nous.

Z: Et potentiellement on discutait du fait de pouvoir partir un petit peu loin. Pas l’Ă©tĂ© du coup, vu que l’Ă©tĂ© sera notre notre moments de boom. Mais un petit peu plus tard, en septembre octobre, pourquoi pas on Asie? Pourquoi pas Ă  Bali? Pour pouvoir souffler un peu aussi et crĂ©er du contenu pour pour Flowher, donc allier le perso et le pro.

-Enfin oĂč peut-on vous trouver et dĂ©couvrir vos produits et services ? (Site Internet, rĂ©seau social ou adresse physique)

Z: vous pouvez nous retrouver sur notre site eCommerce Flowher Swimwear et Ă©galement sur Instagram. On est assez actifs !

N: Donc pour l’instant nous sommes uniquement uniquement prĂ©sents sur le i shop, pas encore en physique, mais sait on jamais, peut ĂȘtre dans un futur proche, on espĂšre.

FLOWHER Site Web

Voir plus sur Voices by Day Rose